VÉRONIQUE BARRÉ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’heure où le sport prend de plus en plus de place dans la société avec la perspective des Jeux Olympiques de Paris, elle décide alors de se lancer dans un nouveau projet : ce sera un documentaire qui donnera ainsi à voir le sujet de la reconversion et de l’insertion professionnelle des sportifs dans son ensemble.

 

Le tournage et la réalisation du documentaire et de la série lui permettent de proposer une compréhension complète du sujet, et déjà la tournent vers l’étape suivante. En effet, les contraintes du format l’obligent à des choix et des coupes dont elle décide de s’affranchir avec une nouvelle approche, ce seront des podcasts qui permettront de s’installer dans le témoignage de sportifs et d’anciens sportifs. 

FEV170914355.jpg

Véronique Barré, auteure

Véronique Barré débute le sport de façon intensive à l’âge de 5 ans par la gymnastique, puis à 12 ans elle choisit le volley-ball qu’elle pratique au niveau national jusqu’à 34 ans.

En parallèle, elle obtient une maitrise AES en gestion des entreprises puis, alors qu’elle est déjà en activité professionnelle, un DESS en Stratégie et Ingénierie de formation pour adultes.

À 21 elle s’installe en indépendante et débute comme formatrice en management et ressources humaines, puis elle développe successivement plusieurs sociétés en formation puis conseil en développement organisationnel.

En 2003 elle change de cible et décide de se consacrer à la problématique de préparation de l’après carrière des sportifs, à un moment où le professionnalisme s’installe dans le sport et où les premières difficultés de reconversion apparaissent pour les sportifs souvent contraints de mettre tout leur temps et leur énergie à la pratique exclusive de leur sport et au respect de leur contrat.

En 2010 elle s’inscrit dans la création de l’association Collectif Sports dédiée à cette problématique et y développe des programmes innovants, inspirés de son expérience de l’entreprise, du sport et de développement des ressources humaines. Le premier s’adresse aux clubs pour leur apprendre à gérer cette problématique avec leurs sportifs sous contrat ou en activité sportive (Club Citoyen Collectif Sports). Le second « Sport Compétences » est co-développé avec la FDJ et fait délivrer par le monde de l’entreprise aux sportifs des attestations de compétences qui ainsi reconnaissent la valeur du parcours sportif.

En 2016, alors que les entreprises revendiquent de plus en plus leur volonté de diversifier leurs recrutements et leur intérêt pour les soft skills, elle observe toujours les sportifs aussi peu reconnus pour leurs compétences développées dans le sport confrontés à la difficulté de rentrer dans le monde du travail à cause de CV trop ceci, pas assez cela... Elle décide alors de proposer sa lecture de la pratique sportive et publie « Le sport, des médailles et après ? Les atouts des sportifs pour l’entreprise ». Elle y démontre la richesse des parcours des sportifs et les compétences qu’ils y développent, et propose pour la première fois une lecture de ces atouts par discipline sportive et par poste de jeu pour les sports collectifs.

 

En 2020, les sportifs ont de plus en plus pris conscience de l’importance de se préparer à l’après mais elle continue de constater les mêmes difficultés pour eux à intégrer l’entreprise sur d’autres postes que les métiers de commercial ou de communication. Si certaines entreprises s’intéressent à eux et à ce qu’ils peuvent apporter, le regard posé par la société reste loin de ce qu’elle voit depuis 20 ans dans sa pratique professionnelle d’accompagnement. Quand la société voit chez le sportif principalement des prouesses athlétiques, Véronique y voit des savoir-faire, des savoir-être, des compétences humaines, émotionnelles, relationnelles, organisationnelles exceptionnelles, celles-là mêmes que les entreprises continuent de rechercher. Pour elle la tête et les jambes font corps et s’allient pour faire des individus capables de se donner les moyens de réaliser leurs objectifs.